Portrait des chefs : Le Mazerand

Notre chef partenaire Jacques Mazerand a ouvert son restaurant aux côtés de son frère en 1989.
Président de l’association « Chefs d’oc » créée en 2011, le Chef Mazerand s’implique activement lorsqu’il s’agit d’aider son prochain. Disposant d’un panel client très divers, ainsi que d’une carte évolutive en fonction des saisons tout aussi diversifiée.

Vous pourrez retrouver la carte sur le site www.le-mazerand.com !

Comment vous est venue l’idée d’être chef ?

« Vraiment par hasard. Pendant mes études, j’ai travaillé un été en tant que serveur pour gagner un peu d’argent. Je me suis prit d’affection pour le milieu de la restauration et j’ai commencé un cursus dans ce milieu. Au fil des années, je me suis découvert une véritable passion pour la cuisine puis j’ai ouvert mon restaurant aux côtés de mon frère Christian.« 

Quelle est la principale difficulté du métier ?

« Bien que ça soit un très joli métier, il faut être un vrai passionné pour en accepter les contraintes. Les horaires en décalées sont un premier point contraignant, mais les cuisiniers doivent être tout le temps au top, on ne peut pas se permettre de décevoir le client ou de ternir à la réputation d’un de nos plats. On doit rester à la hauteur de ce qu’on propose. »

Quelle est votre pêché mignon ?

« Le chocolat ! Noir, au lait, ça dépend de la saison, mais il faut faire beaucoup de sport en contrepartie ! »

Le plat le + demandé de votre carte ?

« Le filet de boeuf oracle, qui reste en permanence sur la carte. Il n’y a que les garnitures qui changent en fonction des saisons. Nous sommes aussi spécialistes de la truffe que nous cuisinons en risottos, salades et croques monsieur. »

Si vous étiez un plat, lequel seriez-vous ?

« Un plat chaleureux, comme l’assiette de tapas re-visitée que nous proposons, elle contient 9 petites portions du meilleur de notre carte. »

Si vous deviez choisir votre dernier repas, que serait-il ?

« Quelque chose de convivial, probablement des pâtes que je partagerai avec les gens que j’aime. Le plat importe peu finalement, ce qui compte c’est les gens avec qui je le partagerai. »

Pourquoi avoir rejoint le dispositif Des Étoiles et Des Femmes ?

« Cela remonte à 2016, on m’a sollicité en tant que président de l’association « Chefs d’oc », le projet m’a tenu à coeur et nous en sommes devenus les parrains. Chaque année, j’ai prit une élève et l’ait accompagnée jusqu’à l’obtention de son diplôme. Cette année, j’ai choisi Ruochen qui est très motivée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.